Ronde du Carla Bayle – 8&9 juin 2019

Ce Week-end de Pentecôte a lieu la première ronde du Carla-Bayle, une course par étape sur deux jours. Elle promet de regrouper plus de 150 concurrents sur un terrain vallonné, le village, lieu de l’arrivée des trois étapes, étant perché sur une colline. Au programme de samedi après-midi un circuit de 20,5 kilomètres à parcourir 3 ou 4 fois en fonction des catégories. Le dimanche matin, un contre la montre de 5 kilomètres en côte. Et le dimanche après-midi un autre circuit de 20 kilomètres à parcourir là-aussi 3 ou 4 fois. 

Les couleurs de l’UC31 sont représentés par six coureurs sous la houlette d’un directeur sportif : Robert. On retrouve Jean-Olivier en Catégorie 2. En catégorie 3, ils sont quatre : le tout récent champion Espoir de Haute-Garonne : Aurélien, le champion super-vétéran d’Occitanie Frédéric accompagné de Christian et David. Christian est dans l’inconnu, une lombalgie a mis sa préparation en pause. Mais les soins prodigués par notre kiné (Jean-Marc) lui permettent d’être là. Enfin en catégorie 4 Eric effectue sa première course de l’année. 

Nos coureurs arrivent en ordre dispersé sur le lieu du départ. Mais le soleil lui est au rendez-vous, la température très clémente, limite chaude. Christian, Aurélien et Eric qui ont trouvé place sur le même parking s’en vont faire leur échauffement ensemble sur la route du contre-la-montre du lendemain, il est pentu ! Nos coureurs se retrouvent dans le village pour récupérer plaque de cadre et dossard auprès du directeur sportif. En quittant le parking pour se rendre sur la ligne Eric manque de chuter, la faute à un cycliste de Balma qui fait demi-tour sans regarder juste devant lui. Plus de peur que de mal, Eric a déchaussé instantanément ce qui lui a permis de rester debout, c’était moins une. 

Le circuit de cette première étape comprend un très long faux-plat descendant et sinueux coupé en son milieu par une légère bosse. En bas 2 virages à droite débouchent sur une route étroite et sale qui mène au pied de la côte finale du circuit. Côte en 2 temps avec un léger replat, pas plat, au milieu. Pour le dernier tour il y aura un raidard de 300 mètres supplémentaires pour atteindre le centre du village. 

Les catégories 2 et 3 partent ensemble, pour 4 tours. Dans la voiture de tête notre directeur sportif a trouvé une place lui permettant de suivre au mieux les évolutions des coureurs de l’UC31. Le peloton part très vite suite à une attaque de deux coureurs de Tolosa, rejoints par un troisième. Les premiers kilomètres se font à une vitesse élevée. Frédéric tente de partir avec 2 autres coureurs, ils se rapprochentmais sont rattrapés par le peloton avant d’aborder la sinueuse descente. Les 3 fuyards seront aussi repris. Dans le ruban étroit qui mène à la première côte le peloton, compact, roule au ralenti, mais nos coureurs sont mal placés, notamment le père et le fils. 

Les catégories 4 et 5 partent quelques minutes plus tard. Eric est bien placé sur la ligne, au second rang, il n’aura pas trop à frotter pour partir en tête. Peine perdue, le départ est donné, il n’arrive pas à enclencher sa cale, après plusieurs tentatives elle rentre. Mais le pied est de travers, le peloton passe, il se retrouve seul aux prises avec cette foutue cale dont le caoutchouc de marche l’empêche de s’enclencher. Après quelques tentatives le caoutchouc cède, la cale se met en place mais le peloton est loin, la voiture des commissaires est passée… Eric fait donc un effort violent pour revenir rapidement sur le peloton lancé sur ce faux plat descendant, et rentrera au prix d’un gros effort. 

Dans le peloton de devant la bataille se lance à la fin du premier tour. Au pied de la bosse il y a une cassure, Christian et Aurélien sont mal placés, Jean-Olivier aussi avec David dans sa roueLa course se décide dans la 1ère ascension de la bosse de Carla-Bayle : 6 costauds bien placés arrivent à sortir, quelques autres moins bien placés loupent la bonne échappée de peu. Ainsi, Frédéric a vu passer la fusée Aurélien à l’approche du sommet mais il était trop tard pour lui. Frédéric, quant à lui, est limite mais bascule dans la 1ère partie du peloton. Jean-Olivier avec David dans sa roue s’accroche au peloton. Christian après un gros effort revient juste avant le sommet, il va maintenant rester sagement au chaud dans le peloton, et économiser ses forces, le week-end ne fait que commencer.  

Dans le peloton des 4&5, Eric est remonté un peu, mais juste avant le pied de la bosse, 2 coureurs sont à terre. Eric est coincé, il fait un nouvel effort violent pour rentrer sur la queue du peloton. En haut de la bosse, il refait un effort pour rattraper un paquet de 7 ou 8 coureurs. 

Dans la descente qui suit un grand bruit retentit dans le peloton, Frédéric, Christian et Jean-Olivier se disent qu’ils ont échappé de peu à une chute derrière eux. En fait point de chute, mais c’est David qui fait du drift dans le peloton. Sa roue arrière est bloquée, le boyau est cramé, heureusement il a une paire de roues de rechange dans la voiture d’assistance. David bataille de longues secondes avec la roue récalcitrante et la chaîne emmêlée. La réparation faite il repart, loin du peloton, derrière le camion de dépannage. Il espère revenir avec l’aide des voitures, mais le camion va l’abandonner à 300 mètres d’un groupe de 10 coureurs, laissant David bien seul sur ces routes ariégeoises. 

Dans les tours suivants, le schéma se répète, Aurélien attaque dans presque toutes les bosses, un moment il est en contre avec 4 autres coureurs mais tout rentre dans l’ordre. Christian, Frédéric et Jean-Olivier s’accrochent et restent dans le peloton. 

Au second tour Eric revoit la queue du peloton juste avant la bosse. Il est venu pour faire du rythme, il n’est pas déçu… Mais les efforts effectués sur la descente et le plat se payent cash, et en haut de la bosse tout est à refaire… 

David en chasse patates loin de tous, commence à trouver le temps long. Alors au sommet de la bosse, il demande aux gardiens du carrefour final s’il est possible d’arrêter sa course là et de reprendre le lendemain. Ses interlocuteurs sont affirmatifs « bien sûr c’est possible ! » Alors il tourne à gauche direction l’arrivée. 

Au troisième et dernier tour des Catégories 4&5 le scénario est le même, Eric et son groupe reviennent sur la queue du peloton avant la bosse. Mais les courses ne ressemblent pas aux sorties dominicales, et Eric commence à payer tous ces efforts inhabituels. Il coince un peu dans le dernier raidard mais finit bien placé dans son groupe, certes assez loin des premiers. Il croise David, juste avant la ligne d’arrivée, qui s’est vu renvoyé dans un quatrième tour obligatoire s’il veut repartir demain. Eric termine 39ème sur 69. 

Les 6 fugitifs du premier groupe sont toujours devant avec près de 2 minutes d’avance. Ils arrivent au compte-goutte dans cette difficile dernière ascension. Derrière le peloton arrive, un peu plus groupé, mais un maillot blanc, rouge et bleu de champion de Haute-Garonne prend les devants. Aurélien couché sur sa machine est concentré, son objectif la ligne, personne ne peut le rattraper, il est irrésistible. Il gagne le sprint du peloton, et termine premier des 3èmes catégories. Derrière le peloton sétire en file indienne, Jean-Olivier est 20ème, Christian 31ème, Frédéric à la limite de la panne d’essence 34ème. David est beaucoup plus loin, 70ème avec presque 30 min de retard sur le premier. Une belle galère pour lui. 

Mais notre champion de Haute Garonne est maintenant leader de cette première ronde du Carla-Bayle, il revêt un beau maillot blanc sur le podium. 

Le samedi soir Aurélien, Christian et Eric profitent de leur logement sur place pour aller, en voiture effectuer la reconnaissance du chrono. Frédéric, Jean-Olivier et David rentrent sur Toulouse. David passera ainsi une heure à remettre son vélo dans un état correct. Dans leur logement Christian et Aurélien élaborent des stratégies de braquets pour l’ascension du lendemain. 

Le parcours de 5 kilomètres tout pile, comprend un court faux plat suivi d’une côte de 2,7 kilomètres entre 4 et 5% de moyenne. Après la bosse on se retrouve sur un plat pas plat de 1,6 kilomètre avant un raidillon avec une courte portion à plus de 10% pour finir. Un vrai chrono d’homme fort. 

Le dimanche matin la journée démarre très tôt pour David (5h45), ses mésaventures mécaniques le propulsent en troisième position au départ du contre-la-montre. 8h32 ! le départ sera finalement décalé de 15 minutes. David a les jambes aussi lourdes que ses paupières, heureusement le match de rugby lui a apporté quelques satisfactions. N’ayant rien à jouer au général David se lance dans ce contre la montre à un bon rythme mais pas à fond. Il arrive en haut en un peu plus de 11 minutes et sans incident mécanique. 

Frédéric monte les 3 kilomètres d’ascension à un bon rythme en faisant attention à ne pas se mettre dans le rouge. Du coup, il peut relancer sur la portion plane mais le raidard final lui est fatal ! Il termine les 4,9 km en 10 minutes et 9 secondes. Christian s’élance peu après Frédéric, Il s’est bien échaufféIl fait le chrono aux sensations, se concentrant uniquement sur sa respiration et ses braquets. Il passe juste le 39 pour le raidard final, et finit dans la même seconde que Frédéric. A peine arrivé il appelle Aurélien qui est au départ pour lui donner la stratégie niveau braquet. Entre-temps Jean-Olivier s’est élancé en espérant ne pas perdre de temps vis-à-vis de ses coéquipiers. 

Eric part le dernier, il a en profité pour visiter un peu le coin en attendant son tour. N’ayant pas trop d’objectifs de classement, il décide de se donner sur ce chrono, ce sera peut-être le seul. Il finit les jambes en feu et le souffle court. Certes loin d’Aurélien (1min50) mais pas si loin (9s) d’un ancien sociétaire de l’UC31 Christian C. 

Tout ces efforts seront vains, à la suite d’un problème technique de chronométrage les temps ne seront pas retenus, seuls les vainqueurs de catégories seront récompensés. Et devinez qui gagne le chrono des 3èmes catégories ? L’infatigable Aurélien bien sûr ! Quel talent !  

Entre les 2 étapes on en profite pour recharger les batteries (au sens propre comme au sens figuré) autour d’un poulet pâtes. 

Le parcours de la dernière étape ressemble à celui de la première. Départ du village, une courte descente puis un faux-plat. Une légère bosse s’élève avant une grosse descente sinueuse avec une ou deux courbes dangereuses. Après un virage à droite, vient une longue ligne droite, vent de face, ponctuée de 2 ronds-points et se termine dans un village en plein travaux. Vient ensuite un faux plat montant, une bosse roulante, puis un autre faux plat emmène le peloton au pied de la bosse finale. Celle du cimetière, là même que l’ascension finale de samedi. Le circuit est très beau et les routes plus larges le rendent un peu moins difficile que celui de la veille. 

Les 2èmes et 3èmes catégories s’élancent après la cérémonie protocolaire du contre-la-montre. Aurélien malgré les efforts du matin a toujours des jambes de feu ! Ce qui n’est pas le cas de nos autres belligérants. Jean-Olivier assiste avec plaisir à la course d’Aurélien, qui est toujours bien placéChristian et Frédéric ont les jambes lourdes, La bosse du premier tour débloquera Frédéric. Christian lui profite de cette bosse pour sortir à la poursuite d’un coureur de Sorèze parti en contre derrière l’échappée. Ils se relèveront vite, les échappées ont déjà pris une belle avance. David est plutôt satisfait, il est toujours dans le peloton à l’approche de la côte du cimetière. 

Dans le groupe 2 Eric est mal placé sur la ligne, dès les premiers mètres il se retrouve en fond de peloton, ça roule vite mais il s’accroche. Les relances dans les virages l’obligent à chaque fois à de gros efforts. Dans la longue bosse il s’accroche et fait l’effort en haut pour ne pas être distancé. 

Le groupe 1 est maintenant dans la montée du cimetière, une ascension raide et sèche après un faux-plat roulant. David met le 39, ou tente de le faire, sa chaîne déjà maltraitée la veille ne l’entend pas ainsi, déraille et se bloque. Il repart rapidement cette fois, rattrape vite les voitures suiveuses, celles-ci le laissent passer, mais trop loin du peloton. Malgré sa demande de le ramener, ce qui est prévu au règlement, les commissaires le doublent et s’en vont. Il revient sur Sébastien Molène du CPRS et à 2 ils essaient de revenir sur le peloton dans la vallée vent de face mais en vain. 

Eric coince un peu dans la côte du cimetière mais redouble d’effort pour revenir avant la descente. Chose faite, il s’accroche au peloton. 

Devant Aurélien est attentif, l’échappée a pris le large, il reste dans la roue de Grolier le favori des 2èmes catégories. Il monte les bosses en souplesse sur le petit plateau et suit régulièrement les attaques lancées par d’autres coureurs. Les échappées compteront au maximum 1min50 d’avance. 

Pour Eric c’est le second passage dans la bosse du cimetière, il a fait un gros effort en haut de la bosse pour revenir dans le peloton. Mais dans les derniers mètres de ce raidillon il crève des 2 jambes. Début de crampe sur les 2 quadriceps, il tente de revenir en traversant le village, mais tous ces efforts, inhabituels pour lui, ont consommé ses forces. Il ne parviendra pas à revenir sur le peloton qui a pourtant ralenti un peu. La ligne droite dans la vallée, vent de face, finit de le consumer. 

Christian est resté sagement dans le peloton. Dans le troisième tour avant la grosse descente Christian est pris d’une violente crampe à la cuisse droite. Il cogite et se demande comment il va faire pour finir la course avec ce début de crampe précoce. Par chance et après quelques étirements dans la descente, cette dernière disparaît par miracle. David ayant intégré le peloton du groupe 2, décide d’arrêter les frais à la fin troisième tourLa ligne droite de la vallée est terrible lorsque l’on est seul. Il attend sagement ses camarades juste avant l’arrivée, quand Eric termine son dernier tour, seul et épuisé après ces trois étapes. 

Ils attendront ensemble, le suspens de fin de course est à son comble, il y a une échappée, Aurélien est dans le peloton, parviendra-t-il à conserver le maillot ? Enfin la voiture des commissaires arrive, avec le directeur sportif de l’UC31 toujours à l’intérieur. 2 coureurs apparaissent dont un avec un gros numéro (un 3ème catégorie). Mais juste derrière le peloton emmené par le maillot blanc de leader arrive. Oui Aurélien est devant, et comme à son habitude il donne tout, il impressionne. Eric et David l’encouragent, la victoire est proche. 

Aurélien finit 6ème de l’étape, et deuxième des 3èmes catégories. Frédéric bien placé dans la dernière ascension prend la 13ème place, Jean-Olivier est juste derrière à la 18ème place. Christian lui a une nouvelle crampe à 3 kilomètres de l’arrivée, il doit laisser filer le peloton. Il arrivera une minute après les premiers. 

Aurélien est anxieux, il n’a que 3 secondes d’avance sur le second au classement général. Eric tente de le rassurer en lui indiquant qu’il n’est vraiment pas loin des premiers. De longues minutes s’écoulent. Eric et Christian se dirigent vers la ligne d’arrivée et la tribune des commissaires où Dominique N officie. Ils l’interpellent, Dominique confirme la victoire d’Aurélien sur cette première ronde du Carla Bayle. Presque un sans-faute ! 2 victoires une deuxième place et le général !!!! Bravo Champion ! 

Les classements :

Aurélien : 6ème du scratch (2&3) premier (3ème Catégorie)
Jean-Olivier : 16ème du scratch (2&3) 14ème (2ème Catégorie)
Frédéric : 21ème du scratch (2&3) 4ème (3ème catégorie) à moins de 3 secondes du podium !!!
Christian : 35ème du scratch (2&3) 15ème (3ème catégorie)
Eric : 40ème du scratch (4&5) 32ème (4ème catégorie)

Photos du Club de Clarac : http://www.claraccommingescyclisme.fr/2019/06/11/photos-carla-bayle/

Photos Ronde du Carla Bayle – Etape 2 & CLM – le 9 juin 2019

 

Laisser un commentaire