Bôo-Silhen jour 3

Aujourd’hui les nuages sont majoritaires dans le ciel de Bôo-Silhen. Nos 8 coureurs, et oui Eric B. et Dominique sont arrivés hier soir. Le programme du jour c’est le port de Boucharo, en fait c’est assez simple une côte de 51 km pour atteindre une altitude de 2200 mètres.

Sur la piste cyclable les 2 nouveaux équipiers prennent la tête des opérations. Passé Pierreffite-Nestalas Eric B. et Dominique se relaient, Alain M. dans la roue, ils distancent les 5 autres sur les premières rampes. Michel et Alain D. ne sont pas au top de leur forme. Alain M. lui est transcendé par l’ingestion de jambon de pays et d’oeuf au petit déjeuner. Notre petite équipe se regroupe avant Luz à la bifurcation vers Grust.

Dans le début de l’ascension vers Gavarnie Alain M. est toujours en tête, mais d’où venait ce cochon ? Avant Gèdre  la pluie apparaît dans le fond de la gorge du gave de Gavarnie. Ca s’inquiète dans le peloton, il est maintenant sûr que nos camarades vont prendre la pluie. Et effectivement il faut rapidement s’arrêter bâcher. Michel, l’estomac perturbé, et Alain D. décident de faire demi-tour. Les 6 autres repartent, Gavarnie est le prochain objectif. Finalement le rideau de pluie n’est pas si épais et la pluie s’arrête assez vite, et les sommets s’éclairent avec quelques rayons de soleil. Le petit paquet double nos voisins de gite, les coureurs du Stade Toulousain. Alain et Eric restent discuter quelques minutes avec notre ami Henri. Les 4 autres ne relâchent pas leurs efforts et arrivent sous le soleil à Gavarnie. Le village est en pleine effervescence, il y a un trail et la montagne est pleine de petits points colorés qui courent sur les sentiers à flan de montagne.

Une fois les impers rangés le groupe de 6 repart en direction du port de Boucharo. Le début de l’ascension est encombrée de voitures et de piétons. Pour l’ascension le peloton s’organise en 4 groupes, Claude et Jacques devant, Dominique et Eric LC à quelques encablures, Eric B. un peu plus loin et Alain M. ferme la marche. Oui le jambon c’est pas magique… Les agents du département sont facétieux 2 kilomètres sont indiqués respectivement à 2,7% et 1,4% de moyenne. Les compteurs ne sont jamais descendus en dessous des 8% !!! La fin de l’ascension est rendue difficile par un vent très frais accompagné d’une pluie glaciale. Les compteurs indiquent à peine 9° en haut du col. Les coureurs ne s’éternisent pas et sitôt le k-way enfilé ils repartent très prudemment dans l’autre sens. La route est détrempée, maculée de déjections ovines et de gravillons. Claude crève de l’avant, Eric LC s’arrêtera donner un coup de main, enfin, surtout 2 démonte-pneus pour pallier à la piètre qualité des siens.

Pendant ce temps Alain D et Michel ont retrouvé la plaine et décident de rallonger un peu, vu le temps clément qui règne. Ils prennent donc la direction du Soulor. La route fraichement goudronnée est un vrai billard. Ils ne trouveront que quelques gouttes dans les derniers 500 mètres. La descente sera facile sur cette belle route.

Une fois le regroupement des 6 équipiers effectué à Gavarnie, s’engage la descente rapide vers le Pont Napoléon. Les coureurs frigorifiés n’avancent pas tous à la même allure, Dominique et Claude ferment la marche. Alain M. toujours transcendé par le jambon et l’oeuf ouvre la voie et fait la course avec les voitures. A Gèdre le groupe se recompose pour bifurquer groupé au pont Napoléon. Là, Dominique et Eric B., en manque de D+, décident de monter vers Luz-Ardiden, les autres poursuivent à bonne allure vers le gite.

Michel et Alain rentrent frais de leur ascension quelques minutes avant les 4, juste le temps pour Michel de prendre sa douche. 96 kilomètres et 1600 mètre de D+. Pour Alain, Claude, Eric et Jacques c’est 102 km et près de 1900 mètres de dénivelé.

Dominique et Eric B. monteront ensemble vers Luz-Ardiden sous un ciel gris mais sans pluie. Au retour Eric souhaite avoir un chiffre rond de D+ et les voilà à l’assaut du Hautacam pour atteindre les 3000m de D+. Finalement ce sera une sortie de 133 km pour les 2 derniers arrivants.

Une bonne journée de vélo malgré la pluie, le vent et le froid.

PS : Pas trop de photos la température est trop fraîche…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *