Castelsagrat 14/04/2019

Ce dimanche la course a lieu à Castelsagrat dans le Tarn et Garonne. Le circuit est long près de 20 kilomètres, et balayé ce jour par un vent de nord-ouest. Pour démarrer deux kilomètres de faux-plat vent dans le dos, puis une grande descente rapide de trois kilomètres avec un vent de côté. A la fin de cette descente un rond-point où les coureurs prennent à droite pour une interminable ligne droite de sept kilomètres avec le vent de face. Nouveau virage à droite et là on entame la longue bosse du circuit qui mène au village. C’est un long faux-plat de 6,6 kilomètres avec le vent de côté. Cette longue bosse est ponctuée, à 1,5 kilomètre du sommet d’un redressement de la pente avec un coup de cul pour finir, avant de reprendre le vent de côté. Le dernier virage à droite permet de reprendre le vent dans le dos et rejoindre la ligne d’arrivée sise au sommet d’une cuvette

En troisième catégorie, Guillaume D. et Christian M. représentent notre club. 
A la surprise générale les 3ème partent avec les 2ème catégorie (et donc des anciens première catégorie) pour 4 tours de ce circuit. C’est une quarantaine de coureurs qui sont présents sur la ligne de départ. Les jeunes regardent avec un œil goguenard  Christian un des anciens de ce peloton.

Le départ est ultra rapide. Dès les premiers tours de roues vent de dos le rythme est élevé. 8 coureurs sortent et prennent de l’avance. Derrière le peloton chasse. A la fin du premier tour, dans la bosse, les échappées sont à portée de peloton à 300 mètres à peine. Après la ligne, trois coureurs sortent en contre, Christian Cabal fait une cassure et Christian en profite pour rentrer sur les 3 coureurs partis en contre. 
Christian se retrouve donc avec 3 secondes catégorie (Sébastien Serra, Patrick Clos et un autre coureur). Ils prennent de l’avance sur le peloton. Sur la longue ligne droite, les relais se prennent à 45km/h, vent de face, pour essayer de rentrer sur l’échappée. Après 6 bornes de chasse nos 4 compères ne reprennent rien. Devant il y a des caïds intouchables qui finiront loin devant. Ils se relèvent et sont repris par le peloton. 
La course prend alors une autre tournure. Ça ressemble à une course de cadets. Ça flingue, des petits groupes se forment et tout fini par rentrer dans l’ordre. Au troisième tour Christian prend un autre contre mais en vain, il est repris peu après. Les coureurs abordent le dernier tour. Dans le raidard à 1,5 km de l’arrivée, Christian coince un peu, son vélo lui semble peser une tonne, il lui manque 100 mètres pour intégrer un groupe d’une quinzaine de coureurs. Ses vielles jambes coincent et son corps lui rappelle qu’à 49 ans courir avec des jeunes (de 20 ans) ce n’est pas si facile. En plus il a l’impression que ce dimanche tout le monde se moque de lui. Il faut compter les coups… Il chasse derrière ce groupe, seul, il a pris un peu d’avance sur le reste du peloton. La ligne est en vue mais Christian coince, toujours ce vélo trop lourd… Sur la ligne il se fait sauter par 3 coureurs. Finalement il termine en milieu de classement, mais il aura participé à la course et montrer le maillot. Guillaume toujours en apprentissage n’aura pas démérité sur les 80 kilomètres de ce parcours. Au moment de remettre le vélo dans la voiture Christian comprend une partie des regards de ses congénères et des difficultés rencontrées. Sous la selle, sa sacoche à outils est restée accrochée, au moins 500g avec la panoplie Facom, les chambres, les pneus, etc…  

En 4e catégorie, environ 30 coureurs sont au départ avec un seul représentant de l’UC31, Frédéric M, vainqueur le week-end dernier. Au programme 3 tours de ce long circuit. Dès le milieu du 1er tour, Frédéric s’échappe avec 2 autres coureurs dans la longue ligne droite vent de face. Le groupe prend une belle avance mais les 2 autres coureurs coincent dans la bosse, Frédéric se retrouve seul et est rejoint par le peloton sur la ligne à la fin du 1er tour. Le 2e tour est beaucoup plus calme, tout le monde se regarde et c’est dans la bosse que tout explose : 2 coureurs plutôt jeunes (en tout cas plus jeunes que Frédéric !) font tout sauter. Frédéric a du mal à suivre, il bascule en haut de la bosse en compagnie d’Olivier Rabani 20 petits mètres derrière les 2 jeunes costauds et fait la jonction rapidement. 2 autres coureurs puis encore 2 rentrent dans la descente : ils sont désormais 8 en tête et c’est la bonne échappée. Tout le monde ou presque se relaie dans le 3e et dernier tour jusqu’au bas de la bosse finale. Un des coureurs les plus faibles du groupe tente de partir par anticipation mais il est repris dans la partie la plus raide de la bosse. Les 2 jeunes costauds font à nouveau tout sauter et, à nouveau, Frédéric et Rabani ont du mal à suivre et basculent 30 mètres derrière les hommes de tête. Il reste un kilomètre et Frédéric donne tout pour recoller : la jonction se fait à l’entrée du dernier virage, à environ 250 mètres de la ligne. La vue de la ligne d’arrivée transcende Frédéric qui lance le sprint et s’impose avec une bonne avance devant Rabani.

Avec cette 2e victoire d’affilée, Frédéric monte en 3e catégorie et rejoint ainsi son pote Christian, comme il le lui avait promis ! Maintenant, en 3e catégorie, face à des coureurs plus forts et encore plus jeunes, ça sera beaucoup plus difficile de jouer les premiers rôles… mais ce qui est pris n’est plus à prendre !

Laisser un commentaire